Groupe Facebook
YOUTUBE
YOUTUBE
Soundcloud
Instagram
LinkedIn
Courriel

En tant qu’entraîneur, nous savons que pour donner sa meilleure performance, un athlète doit focaliser son attention ici et maintenant, c’est-à-dire qu’il doit rester dans le moment présent et se concentrer sur ses actions.

On enseigne donc ce principe à nos athlètes, mais il nous arrive d’oublier que l’état d’esprit de l’entraîneur a un impact important sur leur comportement. Par conséquent, lorsque nos propres pensées voyagent dans le temps et dans l’espace, nous commettons certaines erreurs qui incitent les athlètes à se préoccuper du futur ou du passé. En focalisant notre attention sur le moment présent, nous donnons l’exemple et nous influençons positivement nos athlètes à prendre cette voie.

Quelles sont les erreurs mentales les plus fréquentes commises par les entraîneurs? Et que pourrions-nous faire pour aider nos athlètes à se concentrer davantage sur l’instant présent?

10 erreurs fréquentes chez les entraîneurs

Personne n’est parfait. Bien que tu fasses tout ce qui est en ton pouvoir pour être un modèle pour tes athlètes, tu as certainement un jour ou l’autre commis l’une de ces erreurs mentales – personnellement, je les ai toutes déjà commises et j’en commets encore, c’est tout à fait normal. L’important, c’est d’arriver à prendre conscience des schémas que l’on répète, pour ensuite développer de nouvelles stratégies qui nous aideront à revenir au moment présent.

Voici 10 comportements de l’entraîneur qui incitent les athlètes à voyager dans le temps et dans l’espace. Lesquels as-tu déjà adoptés dans ton coaching?

Voyager dans le passé :

  1. Revenir sur des victoires ou des défaites antérieures ;
  2. Mettre l’emphase sur une performance passé exceptionnelle (que tu voudrais reproduire) ou une contre-performance passée (que tu voudrais éviter) ;
  3. Focaliser sur des erreurs qui se sont produites plus tôt durant le match ou la compétition.

Voyager dans le futur :

  1. Parler des conséquences d’une victoire ou d’une défaite, avant la fin de la compétition ou du match ;
  2. Énoncer les doutes qui traversent ton esprit ;
  3. Mettre l’emphase sur les erreurs à éviter ;
  4. Mettre une plus grande pression sur tes athlètes parce que tu t’es laissé envahir par les attentes élevées d’autrui, par rapport à ton coaching ou à ce que ton équipe devrait accomplir selon son potentiel ou des performances passées.

Voyager à l’extérieur de soi :

  1. Diriger l’attention de tes athlètes vers les adversaires ;
  2. Mettre l’emphase sur la température (la pluie, la chaleur, le vent) ou sur l’équipement (caractéristiques du terrain, ou des appareils) ;
  3. Diriger l’attention de tes athlètes vers le pointage.

On répète constamment à nos athlètes de se concentrer sur ce qu’ils font et d’oublier le reste. De penser « un point à la fois, un mouvement à la fois ». Cependant, chaque fois qu’on leur rappelle le pointage, lorsque l’on revient sur une erreur, ou encore lorsqu’on énonce les conséquences d’une défaite en disant « voulez-vous vraiment que cela se produise? », on pousse nos athlètes à sortir du moment présent et à voyager dans le temps et l’espace.

5 conseils pour aider tes athlètes à demeurer dans le moment présent

Mets l’emphase sur le processus

Identifie tes objectifs de processus et dirige l’attention de ton équipe vers ces objectifs. Répète-les régulièrement, afin que tes athlètes sachent que c’est ta priorité et ce sur quoi tu vas réellement te concentrer – et non les performances passées, la victoire ou la défaite, et les erreurs qui pourraient être commises en compétition.

Les objectifs de processus sont basés sur l’exécution et la forme d’un geste technique ou d’une stratégie. Ça peut aussi être un but relié aux aspects tactiques ou stratégiques du jeu. Ces objectifs sont entièrement sous ton contrôle, i.e. qu’ils ne dépendent que de tes athlètes ou de ton équipe, et non de la performance des adversaires.

Chaque chose en son temps

Fais clairement comprendre à tes athlètes que les conséquences d’une victoire ou d’une défaite seront traitées après la compétition, et assure-toi que ton discours reflète cette philosophie. Chaque chose en son temps, il est inutile de d’anticiper quelque chose qui pourrait ou non se produire et d’en extrapoler les conséquences. La grande majorité (85% selon les études) des évènements que nous anticipons et dont nous nous inquiétons ne se produisent jamais.

Sois loyal

Sois humble, solidaire et laisse tomber le masque de l’ego. Assure-toi que tes actes et tes paroles ne sont pas teintées des attentes externes – par exemple, ce que les autres penseront de toi comme entraîneur si tu perds le match. Tes athlètes veulent sentir que tu fais partie du groupe, que tu es là avec eux et que peu importe ce qui arrive, vous travaillez en unité et vous vous supportez les uns les autres. Cette attitude aidera les athlètes à revenir au présent en se libérant de certaines inquiétudes reliées aux conséquences des erreurs et à la défaite.

Il est parfois tentant de te détacher des résultats de tes athlètes ou de ton équipe, sous prétexte que tu as fait tout ce que tu as pu « mais ils n’étaient pas concentrés » ou encore « ils ont manqué de cœur, ils n’ont pas donné leur meilleur effort. » La performance est toujours un travail d’équipe entre l’entraîneur et ses athlètes. Le succès et la défaite appartiennent aux deux parties.

Dans le corps, hors de la tête

Reste bref et concis dans ton discours et encourage tes athlètes à se concentrer sur leurs sensations physiques – la détente corporelle, la fluidité, l’explosivité, l’énergie. Sois direct, ouvert et franc dans tes interventions et confiant dans ton attitude. Tu encourageras ainsi tes athlètes à entrer dans l’action et à éviter de se laisser envahir par les pensées, l’inquiétude et les émotions.

Nous, pas les autres

Parle à tes athlètes de leurs actions et de ce qu’ils peuvent contrôler. Rappelle-leur les objectifs de processus. Dis-leur ce qu’ils peuvent faire, fais-leur voir ce qu’ils ont déjà accompli et ce qu’ils pourraient améliorer. Plus ton attention est dirigée vers tes athlètes, moins ils auront tendance à se focaliser sur l’équipe adverse.

Joindre mon groupe Facebook

 

Reconnaître quand l’esprit nous fait voyager

Demeurer dans le moment présent est un véritable défi. En réalité, il est impossible d’y arriver car c’est dans la nature de l’esprit de nous faire voyager. Nous sommes responsables de reconnaître les moments où notre esprit voyage dans le temps et l’espace, et de développer des stratégies pour revenir au moment présent.

En tant qu’entraîneur, nos paroles et nos comportements ont un impact direct sur le chemin que prendront nos athlètes. Il est donc encore plus important pour nous de d’être conscient de nos schémas de pensée pour ainsi devenir une influence positive pour nos athlètes, et un véritable facteur de changement dans leur façon d’agir à l’entraînement, en compétition… et dans la vie.

Leadership is a matter of having people look at you and gain confidence, seeing how you react. If you’re in control, they’re in control. – Tom Landry

Tu aimes ce blog? Inscris-toi pour recevoir les nouveaux articles :

Commentaires